Eric Mutch mène une campagne fantaisiste pour l’élection du Maire de Bristol (Angleterre) afin d’attirer l’attention sur le revenu de base.

[update 18/10] Eric Mutch a annoncé sur son site abandonner la campagne en raison des complications administratives que ccla implique.

Mon nom est Corrompu, Bâtard Corrompu qui sert son propre intérêt, ment et vole. Et je suis candidat pour aux élections municipales de la ville de Bristol.

Voilà comment Eric se présente. Son leitmotiv de campagne est également assez simple et disruptif : « Si je suis élu, je promets de donner à chaque citoyen de Bristol un revenu de base de 15 000 livres, payé en monnaie locale. Votez pour moi et vous aurez l’argent ! » clame-t-il en montrant des liasses de billets dans l’une de ses vidéos qu’il publie régulièrement sur son site.

Si vous tombez sur ses propos par hasard sur Internet, vous penserez sûrement qu’il s’agit d’une farce. Mais Eric Mutch, père de 46 ans, marié, barman et professeur de danse auprès d’enfants, ne blague qu’à moitié.

Comme dans les 9 autres plus grandes villes du Royaume-Uni, les habitants de Bristol ont eu l’opportunité de décider par référendum de choisir directement leur maire ou bien de conserver le mode de désignation actuel. Conformément au résultat positif du référendum, les premières élections pour élire le conseiller général de Bristol auront lieu le 15 novembre prochain.

Eric Mutch participe à la course électorale pour deux raisons. « Au départ, je voulais simplement critiquer les politiciens. En changeant de nom, je permets ainsi aux gens de dire non à tous les autres candidats, si d’aventure d’autres pensent comme moi qu’ils sont tous des menteurs corrompus qui nous volent ! » explique-t-il, avant d’enchaîner sur sa seconde motivation : « Puis j’ai aussi pensé que cette élection serait une excellente opportunité de promouvoir une idée que je défends depuis longtemps : le revenu de base inconditionnel« .

Un revenu de base en monnaie locale

« Certes, je ne suis pas un spécialiste » reconnaît Eric, qui a pourtant une vision assez concrète : « Je veux distribuer ce revenu de base en monnaie locale afin que l’argent distribué ne s’en aille pas. Cet argent doit rester dans l’économie locale« , explique-t-il.

Une chance pour lui : une monnaie locale, le « Bristol pound« , vient d’être lancée à Bristol, et est déjà acceptée par plus de 300 magasins de la ville. « Cela faciliterait la tâche« , confirme Eric Mutch. En complément, il suggère la création d’une taxe sur les transactions locales. « Puisque chaque transaction, aussi faible soit-elle, serait assujettie à cette taxe, un taux de 2-3% suffirait. Peut-être même moins« , affirme-t-il.

« Sans mon nom, je ne serais personne »

Mais au-delà des arguments économiques visant à convaincre, Eric fait avant tout campagne pour attirer l’attention sur l’idée en elle-même. « Toute ma stratégie repose sur mon nom : je vais officiellement changer de nom pour que les gens me remarquent sur les bulletins de vote » explique le candidat. Il faut en effet savoir qu’au Royaume-Uni, les électeurs votent en cochant un nom parmi une liste de candidats : il y a donc de fortes chances qu’ils remarquent le curieux nom de « Corrupt Lying Thieving self-servicing Bastard »…

« Avec un peu de chance, cette tactique me permettra de récolter les voix des électeurs pris de désespoir ou de colère envers les politiciens« , espère Mutch. « Et au passage, ils seront peut-être sensibilisés au revenu de base« .

Mais cette stratégie a aussi un inconvénient, reconnaît Eric : « Bien sûr, c’est une épée à double tranchant : il se peut que les gens pensent que ce n’est qu’une blague, et qu’ils ne me prêtent pas attention » convient-il, avant d’ajouter : « Mais bon, sans le changement de nom, je ne serais juste personne« .

« Qu’ils pensent que le revenu de base est une bonne idée ou pas m’importe peu tant que cela contribue à faire du revenu de base un sujet important« , affirme Eric. Déjà, sa campagne lui a ouvert des opportunités d’en discuter avec d’autres partis politiques.

De plus, s’il s’acquitte des frais de 750 £, il pourra envoyer aux 320 000 électeurs de Bristol un tract présentant son projet, directement dans leur boîte aux lettres. Pour financer cette opération de communication plutôt bon marché, Eric Mutch a lancé une collecte de dons sur Internet et espère avoir le soutien d’autres partisans du revenu de base en Angleterre ou ailleurs…

Et si jamais il gagne ?

« Oui ! J’adorerais gagner ! » s’exclame-t-il d’un air farceur. « Cela dit je n’ai pas d’illusions : le maire de Bristol n’a pas de pouvoir officiel suffisant pour mettre en place un revenu de base… » dit-il, avant de se reprendre : « sauf peut-être s’il est précisément élu pour ça ? »

L’élection aura lieu le 15 novembre prochain. Souhaitons lui beaucoup de succès !


Version anglaise de cet article disponible sur Basic Income News