Revenu de base ou salaire à vie ? Les désaccords entre les défenseurs des deux projets ne sont pas que d’ordre sémantique. En effet, c’est deux visions de la société qui s’affrontent. Frédéric Bosqué revient dans cette tribune sur ce qui sépare le revenu de base du salaire à vie de Bernard Friot, mais aussi sur ce qui rassemble les militants de chacune des propositions.

Depuis plusieurs mois, j’entends, je lis, je vois des informations qui circulent autour du salaire à vie de Bernard Friot et de son « réseau Salariat ». Plusieurs de mes ami-e-s m’ont même dit, en s’appuyant sur les dires de son géniteur ou de ses volontaires, que salaire à vie et revenu de base seraient en quelque sorte de la même famille et que rien de vraiment significatif ne les séparerait si ce n’est leur appellation « revenu » et le « de base »… rien que ça.

En me référant à son livre L’enjeu du salaire (en particulier les pages 167 à 170), et à son interview vidéo en deux parties sur le site Actus Chômage, je voudrais remettre, entre revenu de base et salaire à vie, une perspective de choix civilisationnel afin de regarder si ces deux propositions sont si proches l’une de l’autre ou si leurs directions nous conduisent vers deux avenirs très différents. Ainsi, chacun pourra au mieux, dans le présent, choisir un salaire ou un revenu en fonction de l’avenir vers lequel il conduit, voire peut être un mix entre les deux, sait-on jamais !

Un simple aménagement de la société de production

Soyons d’accord au moins sur un point : je n’ai rien « contre » Bernard Friot que je n’ai pas le plaisir de le connaître. Et il va sans dire, mais c’est mieux en l’écrivant, que rien dans ce que je dirai ne portera atteinte à ce qu’il est. Je ne pense pas non plus qu’il a tort ou que j’ai raison. Je pense qu’il s’agit plutôt, en tout cas pour moi, d’un désaccord profond dans le sens d’un accord inharmonieux entre la civilisation proposée en fin de compte par un salaire à vie, et celle d’un revenu de base inconditionnel.

Je pense qu’au-delà du nom de chaque proposition s’ouvrent des perspectives radicalement différentes, « radical » étant pris ici dans le sens de profond. En effet, le salaire à vie décrit par le réseau salariat, est pour moi un aménagement de la société de production au profit de l’une de ses composantes : les salariés. Il est une réaction à la prise de pouvoir excessive, sur ce point nous sommes d’accord, d’une autre partie prenante de la société de production : les actionnaires. Personnellement, je ne ferai pas le choix de l’un contre l’autre, car les deux sont nés avec la société de production et les deux disparaîtront avec elle.

Rien de très nouveau d’ailleurs, puisque déjà en 1905, la charte d’Amien confirmait l’article 2 constitutif de la C.G.T. : « « La CGT groupe, en dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscients de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat » ! C’est d’ailleurs pour cela, me rappelait mon ami Patrick Viveret, que le mouvement avait pris pour nom « mouvement ouvrier », ouvrier faisant référence à l’Oeuvre comme projet de vie et non un simple emploi salarié. Loin de tirer la couverture, à droite ou à gauche, du lit de la société de production où nous nous sommes endormis à moitié, le revenu de base, lui, nous en sort… du lit ! Il nous appelle à nous réveiller et nous entraîne pas à pas vers une nouvelle société, celle de l’émancipation. Je pense, mais je peux me tromper, qu’il y aura autant de différences entre la social-démocratie, la civilisation actuelle, et l’ancien régime qu’il y aura de différences entre la social-démocratie et la société de l’émancipation.

C’est ce choix qu’ont fait les défenseurs du revenu de base. C’est pour cela qu’ils refusent de se faire enfermer dans toute idéologie, qu’elle soit libérale, socialiste ou écologiste, même si chacun milite dans un parti ou une organisation se référant à l’une ou l’autre de ces idéologies, voire à aucune ou plusieurs d’entre elles. Ils ont bien compris que l’évolution de la vie va vers l’individualisation des consciences, vers leur émancipation et que cette autonomie ne se gagnera pas contre les autres parties prenantes de notre société mais avec elles.

C’est pour cela qu’ils appellent de tous leurs vœux une compréhension mutuelle, une réconciliation de toutes les parties prenantes de notre société. Car si nous avons choisi la république (Res Publica, la chose publique) ET la démocratie (le gouvernement par le plus grand nombre) c’est parce que nous voulons, dans la diversité, continuer à vivre ensemble. En fait, le message profond des défenseurs du revenu de base est que chacun puisse expérimenter le chemin de son propre bonheur dans le respect des humains et de la nature. Préserver le bien commun et étendre nos libertés individuelles, voilà le projet civilisationnel du revenu de base. Mettre fin à l’utilisation de l’humain comme prothèse à vie de l’appareil de production et l’utilisation de la nature comme son support, voilà leur engagement Politique avec un grand P comme dans « PAIX ». J’attends avec une certaine impatience, le projet civilisationnel et l’engagement politique des défenseurs du salaire à vie.

Je vais donc essayer, au travers de la lecture de leurs écrits, de mettre en avant nos différences, non pas pour nous opposer de façon stérile mais pour mettre clairement sur la table les objets de notre dispute, dans le sens élevé auquel l’entendaient nos ancêtres Grecs et plus particulièrement leurs philosophes. C’est à partir de ces éléments saillants que je nous invite à entrer en dialogue, quand et où nous le voudrons, mais dans tous les cas, dans un esprit de fraternité qui sied à ceux qui aspirent à l’émancipation humaine.

Salaire à vie et revenu de base sont inconditionnels

Les défenseurs du revenu de base ont dû souvent faire face à diverses propositions qui se revendiquaient de la même famille qu’eux. Afin de bien distinguer chacune d’entre elles,  ils ont établi une grille de test simple auquel nous allons aussi soumettre le salaire à vie :

1.     Un salaire à vie est il inconditionnel ? Non, il est versé sous condition de majorité. Il faut avoir 18 ans.

2.     Le salaire à vie est-il égal pour tous ? Non, il est fonction d’une échelle de qualification qui compte quatre niveaux. Il y a bien une différence entre les humains et cette différence est exprimée par leurs niveaux de qualification. Mais par rapport à quoi ? par rapport à leur appartenance à l’appareil de production marchand.

3.     Le salaire à vie est-il versé de la naissance à la mort ? Non, nous l’avons vu, nouvelle distinction entre les humains : un mineur n’est pas un « vrai » humain.

4.     Le salaire à vie est-il cumulable ? Oui, puisque les niveaux de qualification s’empilent.

5.     Le salaire à vie est-il inaliénable ? Je n’ai pas trouvé de réponse à ce sujet.

Le salaire à vie n’est donc pas inconditionnel, il n’est pas non plus égal pour tous, il n’est pas versé de la naissance à la mort, il est par contre cumulable.

Mais pour autant, je le considère comme le plus proche cousin de nos revenus d’existence, de base, de vie, inconditionnels ou autres allocations universelles ou citoyennes … car comme eux, il est irréversible et laisse à penser que chacun, avec lui, pourra enfin un jour choisir son activité indépendamment du revenu en monnaie qu’il en tirera.

Nous avons donc une base commune ! Soyons heureux nous avons donc à partir de cette base commune une forte perspective d’amélioration !

 « Salaire » ou « Revenu », du Mineur à vie au Majeur de base

« L’attribution à chacun, à sa majorité, du premier niveau de qualification, reconnaît la potentialité de participer à la création de valeur économique » nous dit Bernard Friot.

Je suis en désaccord profond avec cette phrase qui encore une fois ne peut voir un humain autrement que comme prothèse à vie de l’appareil de production. Je refuse toute forme d’aliénation, qu’elle soit issue d’un collectif ou d’un individu. Un humain naissant ne sera jamais « un potentiel de participation à la valeur économique ». Il est bien plus que cela.

C’est quand même hallucinant qu’au XXIème siècle, on ne puisse comparer les humains entre eux que comme exerçant, même potentiellement, une activité de production dans le but de vendre cette production contre de la monnaie sur un marché ! À cette réduction de l’humain, à sa qualité de travailleur à vie, pire de salarié à vie, le revenu de base oppose une vision émancipatrice. Le revenu de base n’est pas versé parce que nous avons des capacités à produire mais simplement parce que nous existons. Le petit d’humain est accueilli pour lui-même, sans condition ni comparaison. Il est le même pour tous, il ne t’est pas donné pour ce que tu vas faire pour la société, vision utilitariste et matérialiste de l’humain et il n’est pas lié non plus à ton mérite personnel, vision élitiste et individualiste de l’humain.

Ici commence la raison pour laquelle nous disons revenu et pas salaire. Un revenu me revient, et justement il se trouve que le revenu de base me revient car il est un droit nouveau à jouir du patrimoine commun de toute l’humanité qui ne se réduit pas à celle qui occupe cet espace et ce temps mais qui s’étend à celle qui occupe tous les temps et tous les espaces. Depuis Yoland Bresson, nous savons que quel que soit son niveau de qualification, un geste technique n’a de valeur marchande que dans le champ économique dans lequel il est inscrit. Et ce champ économique n’a pas été créé que par l’individu qui accomplit cet acte marchand, ni par la génération actuelle qui l’a mis au monde, mais aussi par toutes celles et ceux qui nous ont précédés. Ainsi ce capital humain (je sais que ça va hérisser les poils de certains, mais bon autant mettre sur la table ce qui n’y est pas encore !), n’appartenant à personne, appartient à tous et nous devrions nous le répartir de façon strictement égalitaire.

Le revenu de base est donc un revenu qui me revient indépendamment de ceux qui me gouvernent, de ceux qui me font travailler, de ceux qui défendent mes droits et même de ceux qui m’ont donné la vie, voire indépendamment de mes propres talents. C’est en cela que le revenu de base est émancipateur de toutes les conditions qui s’exercent sur notre libre arbitre, qu’elles soient génétiques, psychologiques, culturelles, structurelles, voire conjoncturelles.

Oui, un salaire n’est pas un revenu, justement. Le salaire est né avec l’industrialisation de la production et l‘apparition de la machine. Pour moi, il n’est que la forme moderne de l’esclavage. D’ailleurs en droit, il implique un lien de subordination avec son employeur. Le salaire est souvent fonction du marché du travail, comme il existait à l’époque le marché des esclaves. Bien sûr, je ne nie pas la profonde influence positive qu’il a eu sur les conditions de travail grâce aux luttes sociales pour le faire croître, mais j’en dénonce le tréfonds aliénant. Que ce soit sous la domination des salariés qui fixeront son niveau, ses paliers, ses épreuves et son mérite, ou que ce soit sous sa domination actuelle liée aux actionnaires qui conditionnent ce qu’ils laissent aux salariés ; dans les deux cas ce sont des parties prenantes de la société de production qui le fixeront à partir d’une production marchande vendue sur un marché contre de la monnaie.

Je ne pousserai pas plus loin la comparaison. Retenons seulement que si nous voulons vraiment poursuivre l’émancipation de l’Humain, en préservant la diversité de ses activités marchandes ou non selon ses aspirations, le revenu ne doit plus dépendre d’aucun pouvoir, qu’il soit privé ou public, mais d’une décision constitutionnelle votée par une majorité qualifiée qui octroie sans condition un revenu à tout citoyen dès sa naissance et jusqu’à sa mort. Ce revenu inaliénable, égal pour tous, doit lui permettre de dire « oui » ou « non » à une activité marchande. Ce nouveau droit nous fera entrer dans une société nouvelle. Il changera profondément les rapports sociaux et mettra fin à ce chantage à la faim qu’exercent les parties prenantes de la société de production sur tous les humains et l’exploitation suicidaire de la nature et de toutes ses formes de vie.

« A vie » ou « de base » : du déterminisme au libre arbitre

Je ne serai donc jamais un mineur à vie ! Je suis un majeur de base. Ce n’est pas parce qu’une société de chats fera naître un chien que le chien deviendra un chat ! Nous devons nous organiser pour que chacun trouve sa place dans notre république, et que croissent Liberté, Égalité et Fraternité ensemble… entre chiens et chats !

Bernard Friot nous dit :

Les ressources relèvent de deux chèques, celui du revenu de base et le second obtenu sur le marché du travail. L’emploi demeure donc bien la matrice du travail, même si un forfait vient reconnaître la contribution au travail du hors-emploi

Oui et non ! Certes, la (r)évolution de l’instauration d’un revenu de base met en évidence, en effet, deux revenus. Un revenu d’activité lié à ma participation individuelle à la production d’un bien, d’un service ou d’une information, vendue ensuite sur un marché, et un revenu d’existence non lié à ma participation directe à la production marchande mais indexé sur elle.

Le but du revenu de base n’est pas de modifier la nature du revenu d’activité. Que ceux qui veulent produire des biens, des services et de l’information, qui vont être vendus ensuite sur un marché en monnaie, s’arrangent entre eux ! Il y a pour cela la loi, les droits, et tout ce qui est nécessaire pour répartir en monnaie le fruit de cette production marchande. Je ne dis pas que c’est bien ou mal, je dis qu’ils décident entre eux. Pour ma part, je pense qu’il faut étendre la démocratie au marché et pour cela je me battrai pour que toutes les parties prenantes de l’économie participent aux choix de la répartition de ce qu’ils ont produit et que jamais l’une d’entre elles ne décide sans les autres.

L’histoire nous a montré et nous montre encore aujourd’hui les excès possibles issus de la volonté de toute puissance de chacune des parties prenantes de la société de production : clients, fournisseurs, salariés, actionnaires, société civile… Pour ce faire il nous faudra même changer la loi, car il n’existe pas un droit de l’entreprise mais seulement un droit des sociétés de capitaux. Même les SCOP sont soumises au droit des sociétés de capitaux. Il n’existe aucune possibilité, en droit, d’entreprendre sans que le centre de l’entreprise soit un capital en monnaie ! Mais ce n’est pas ici le lieu de débattre de ce thème et justement, ce n’est pas le champ d’engagement du revenu de base.

Le sujet du revenu de base est de créer un nouveau type de revenu pour tous les humains indépendamment de leur participation à une activité marchande. Un revenu d’existence qui donne le droit de choisir une activité grâce à ce revenu, et non pour en avoir un. Le sujet du revenu d’existence, qui un jour sera un revenu d’autonomie, c’est le pouvoir de chaque citoyen de dire « oui » ou « non » à une activité marchande. Son sujet, c’est le « JE » au cœur du « NOUS ». Nous pensons que l’on peut tout à fait vivre et se développer en relocalisant sa production voire en la démonétisant pour en user directement ou l’échanger gracieusement. Nous pensons que de plus en plus d’activités « de base » nécessaires à la vie engendrent une abondance qui n’est limitée « à vie » que par leur monétisation et leur appropriation par certaines parties prenantes de la société de production. Nous revendiquons le droit d’exister et de créer, indépendamment de la monétisation que nos activités engendrent. Seul un découplage des revenus des seules activités marchandes permettra cette métamorphose vitale de notre civilisation marchande en une civilisation humaine fondée à la fois sur la préservation de notre bien commun ET sur l’extension de nos libertés individuelles.

Pour un nouveau contrat social

Le contrat social implique que nous abandonnions une partie de notre liberté individuelle au profit d’une volonté commune constituée en association. C’est elle qui préserve mes droits individuels contre toutes les parties prenantes de la société. En particulier elle est là pour m’assurer de la jouissance durable du bien commun nécessaire à la vie. Mais aujourd’hui, nous sommes contraints à produire bien plus que ce qui nous est suffisant, en raison de ce chantage à la faim qui, par le salaire, nous met un anneau dans le nez. Seule une déconnexion du revenu de l’activité marchande viendra à bout de ce nouvel esclavage. Ce lien toujours clair entre salaire et production marchande, entre salaire et utilité sociale, doit être coupé définitivement, par un revenu d’existence ou de base. Le revenu d’activité, lui, restant assis sur cette production marchande qu’il soit salarial ou non.

Àl’inverse du Salaire à vie qui rattache clairement son niveau à une qualification qui est fonction de l’appareil de production.

contrat social revenu

Aujourd’hui, la société de production est capable de produire bien plus que le nécessaire. Et pourtant, partout dans le monde, des humains meurent de faim, de froid, d’ignorance et de maladie pendant que d’autres remplissent leur coffre et leur caddie d’objets inutiles à la vie. Avec 80 milliards de dollars, on met fin à la misère. Soit la bagatelle de 0,01 % des transactions financières dans le monde des actionnaires, 10% du budget militaire mondial des états, ou encore 100% du budget de la nourriture pour animaux domestiques en 2010. Une crise de valeurs ? Oui mais pas financière ! Les volontaires du revenu de base ne sont pas là pour s’immiscer dans les combats éternels que se livrent ceux qui ne veulent pas produire et échanger sans contrepartie à leur travail, mais leur cause est celle de ceux qui depuis longtemps pensent en termes de gratuité, de fraternité, de liberté, de justice, d’émancipation et d’abondance.

Bien sûr, il faut mettre fin à l’injustice sociale, aux conditions de travail ignobles auxquelles sont soumises certains salariés dans le monde, le viol outrancier de la nature et de ses formes de vie, la guerre économique que se livrent des entreprises exsangues car soumises à une demande solvable sans cesse réduite par la productivité des machines, l’intensification des cadences et l’appropriation fanatique des acteurs financiers de la monnaie nécessaire à faire circuler les richesses réelles. Un simple revenu « de base », permettant à terme de dire « oui » ou « non » à une activité marchande serait un signal majeur pour remettre chacun à sa place. Les rapports sociaux changeraient profondément et chacun pourrait enfin refuser un emploi pour prendre une activité marchande ou non marchande de son choix. Cumulable avec toute forme de revenu, qu’il soit salarial ou non, chacun pourrait choisir, en fonction de son aversion aux risques, l’activité qu’il voudrait conduire et le niveau nul, légitime ou excessif des contreparties qu’il voudrait en échange de ses talents.

Transition VS révolution

« Tous les changements révolutionnaires dans la définition du travail abstrait qu’opère déjà le salaire à vie continuent à être niés, a fortiori, par ce que rend possible le salaire universel. » nous dit Bernard Friot

Dans un processus de changement profond et vital d’une organisation, que ce soit un foyer, une entreprise, ou la communauté mondiale, l’important n’est pas ceux qui vont s’adapter aux nouvelles règles mais ceux qui ne vont pas s’y adapter. La question de fond sera : comment la nouvelle organisation va-t-elle intégrer la plus grande diversité possible pour continuer sa progression sans vivre une douloureuse «contre-révolution »? De toute façon, dans un cas comme dans l’autre, l’organisation devra intégrer ce qui est devenu nécessaire à sa survie ou bien elle périra. Jared Diamond nous a montré dans son livre Effondrement que le manque de cohésion sociale et l’incapacité à consommer les ressources au rythme de leur renouvellement sont les deux causes les plus fréquentes de disparition des civilisations qui nous ont précédées.

C’est pour cette raison, mais c’est un choix personnel, que j’ai abandonné toute forme de révolution au profit de la transition, quoiqu’une transition soit une (r)évolution mais avec un changement d’ère ! Cela fait 27 ans que je suis un volontaire engagé pour remettre la finance au service de l’économie et l’économie au service de la vie. Je suis engagé avec mes ami-e-s pour l’instauration d’un revenu de base inconditionnel pour tous. Je suis également engagé (entre autres) pour une réappropriation de la monnaie par les citoyens dans le mouvement « Sol », que Patrick Viveret a initié. Je pense donc appartenir à la même famille des humains progressistes qui ne peut se réduire à la seule « gauche marxiste».

Qu’est-ce qui est commun à tous mes engagements ? La volonté de réunir tous les camps, de les faire dialoguer, de faire en sorte que chacun sorte du camp dans lequel il est né ou dans lequel les évènements de sa vie l’ont placé. L’objectif est de trouver à nouveau un centre de l‘union, où les volontaires de chaque camp pourront à nouveau trouver les causes et non plus les cibles de nos problèmes communs et bâtir enfin les bases d’une nouvelle civilisation plus humaine et plus respectueuse de la nature. Tous sont les bienvenus pour surpasser la souffrance et la douleur humaine et engendrer la poursuite de l’émancipation humaine !

Il s’agit d’accueillir tous ceux qui veulent mettre fin à ces passions archaïques d’accumulation sans mesure, de spoliation systématique,  de pouvoir  unilatéral sur les autres, de production sans régulation, d’exclusion bestiale et la liste pourrait s’étendre quasiment à l’infini tant notre culture colporte encore de germes propices à la régression humaine. Il s’agit de donner la chance à chacun de prendre un nouveau départ, de ne plus répéter le passé, d’opérer sa métamorphose, de passer de la chenille au papillon ! Et ce sont toutes ces chenilles en cours de transition qui sont la société en transition. C’est à chacun d’entre nous d’élever ses comportements au niveau de ses valeurs  et d’aider les autres à faire de même. Comme le dit Gandhi : « Sois le changement que tu veux voir dans le monde… ».

Invitation au dialogue

La dispute (toujours au sens grec) et le dialogue que je propose à nos camarades du « Salaire à vie », se résume à deux constats temporaires sur le revenu de base et le salaire à vie.

Par son caractère modeste « de base », le revenu de base procède par transition en faisant gagner progressivement toutes les parties prenantes de la société de production. Le fait que chacun pourra continuer à se regrouper en association ou en entreprise avec ou sans but lucratif, autour d’une capital financier ou humain, pour exercer une activité marchande ou non, introduira une diversité de choix propice à un enrichissement mutuel que la démocratie par la négociation permettra de réguler et de faire progresser. Le revenu de base renforcera notre volonté de faire société dans la diversité. En même temps, le fait de déconnecter le revenu de la seule activité marchande introduira un germe de changement que le corps social pourra intégrer sans rejet ni lutte excessive avec, à terme, l’assurance, comme tous les droits précédents, d’atteindre un revenu d’autonomie suffisant pour dire « oui » ou « non » à une activité marchande et entrer dans une société de l’émancipation pour préserver notre bien commun et étendre nos libertés individuelles.

Par son caractère « à vie », le salaire à vie, selon moi, reste un projet trop global, centralisé, faisant système et basé sur des rapports de force excessifs. Il ne peut faire gagner l’une des parties prenantes de notre société que contre la destruction d’une autre, ce qui appellera pour moi des processus forcément violents et non démocratiques pour contenir la réaction violente de ceux qu’ils voudront détruire et réduira notre volonté commune à faire société. Son engagement et ses perspectives sont clairement de rester à l’intérieur même d’une société de production dans laquelle, l’humain, producteur marchand et salarié pour l’éternité, restera lui une prothèse « à vie ». L’appareil de production marchand restera central. La nature et la Vie ne seront jamais que son support éternel. Le fait que ce soient les salariés ou les actionnaires d’une entreprise marchande qui décident, collectivement ce qui est valorisable ou pas en monnaie pour chacun, continuera à freiner la poursuite de l’émancipation humaine.

Il me tarde de pouvoir discuter de tout cela, dans un esprit de fraternité, avec Bernard Friot et les volontaires du salaire à vie. C’est dans une compréhension plus grande de nos différences que nous pourrons construire nos désaccords mais c’est aussi dans leur acception que nous pourrons, peut-être, voir émerger à vie une base commune et cela, mes ami-e-s, sera pour moi autant un salaire qu’un revenu.


Pour prolonger le débat, le livre de Frédéric Bosqué sur alternativeshumanistes.info

Crédit photo Paternité savagecats PaternitéPartage selon les Conditions Initiales BarbaraLN

À propos

Le MFRB est une association transpartisane créée en mars 2013. Il se donne pour mission de promouvoir le revenu de base jusqu’à son instauration en France. Il regroupe plus de 80 dynamiques locales sur le territoire.

Espaces adhérents

AssoConnectYammer