Un an après le lancement de l’initiative populaire fédérale pour le revenu de base, les Suisses continuent de se surpasser et de montrer l’exemple en Europe. Ce weekend, les partisans suisses ont franchi le seuil des 100’000 signatures. C’est maintenant la dernière ligne droite avant le dépôt en octobre 2013… 

27’000 signatures récoltées en à peine deux mois, c’est un record. Fin février dernier, alors que le compteur de signatures flirtait avec les 73’000, un nouveau défi était lancé : atteindre 100’000 signatures pour le 21 avril, soit six mois avant la date limite pour déposer les signatures auprès de la Chancellerie Fédérale, le 11 octobre 2013.

Des abeilles récolteuses partout en Suisse s’étaient alors engagées à récolter des paquets de signatures (de 50, 100, 500 ou 1000) sur le site de la Génération Revenu de Base pour ensuite aller avec effervescence sur le terrain. Une signature après l’autre, les paquets ont pris du volume.

3’555 signatures : journée record le 20 avril dans toute la Suisse

Pour le finish et être sûrs d’atteindre le palier fixé, une journée de récolte nationale a été organisée le 20 avril. Dans de nombreuses villes, les récolteurs étaient à pied d’œuvre dès le matin, malgré le printemps qui avait décidé de s’absenter.

La récolte a eu vaillamment lieu dans le froid, la bise (vent très froid) et même sous la neige à La Chaux-de-Fonds, ville la plus élevée de Suisse avec ses 1018 mètres.

3’555 signatures ont été récoltées en un jour. Voici les résultats, ville par ville :

7 Affoltern
17 Saas Fee
21 Zug
23 Interlaken
31 Sursee
42 Kreuzlingen
44 Baden
48 La Chaux-de-Fonds
89 Aarau
104 Schaffhouse
125 Neuchâtel
145 Langenthal
157 Lausanne
160 Lucerne
161 Genève
166 Winterthur
236 Berne
244 Olten
247 St. Gall
343 Basel mitte
480 Basel SBB
665 Zürich

On continue ! Objectif 130’000

Le prochain objectif ? 130’000 signatures pour le 1er août, jour de la fête nationale suisse. Ce sera un joli symbole pour cette initiative qui incarne la possibilité d’un nouveau Contrat Social.

La récolte va donc continuer, avec de plus en plus de récolteurs enthousiastes et motivés qui s’engagent sur le terrain. Le revenu de base est en train de devenir un réel phénomène de société.

Une surprise… même pour les Suisses

L’engagement citoyen et la démocratie directe font partie du quotidien du suisse. La signature d’initiatives populaires fédérales est un véritable sport citoyen en Suisse. Il n’est pas rare ici de se faire interpeller dans la rue pour signer une initiative. Lorsqu’on a grandi en France comme moi, c’est un émerveillement de participer à une récolte de signatures et d’être témoin de cet engagement citoyen. Et on se dit qu’on pourrait presque faire bouger les Alpes.

Les suisses, même s’ils ne s’en rendent pas tous compte, ont un réel pouvoir entre leurs mains, et qui ne s’arrête pas aux frontières helvétiques : leurs décisions peuvent servir de modèle aux autres pays. Le vote contre les rémunérations abusives en est l’exemple le plus récent.

Le revenu de base est une proposition radicale. Les détracteurs et les sceptiques pensaient lors du lancement de l’initiative que le nombre de signatures nécessaires ne serait pas au rendez-vous. Les initiatives qui ne sont pas portées par des partis politiques ou de grandes organisations ont en effet souvent de la difficulté à réunir les paraphes nécessaires.

Aujourd’hui, personne ne doute plus que l’objectif de 100’000 signatures vérifiées sera atteint (chaque signature devant être validée par la commune de résidence, cela explique la nécessité de récolter de 120’000 à 130’000 signatures avant validation). Il nous manque donc encore aujourd’hui quelques 30’000 signatures pour être absolument certain de réussir.

La Suisse pourrait-elle ouvrir le chemin vers le revenu de base ?

La Suisse peut-elle devenir le premier pays à introduire un revenu de base ? Personne ne peut encore le dire. Elle a en tout cas les moyens de lancer un débat très concret qui interpellera tous les acteurs politiques et économiques du pays sur des questions fondamentales et trop longtemps évitées.

Le plein-emploi, encore presque réel en Suisse, commence malgré tout à s’effriter et cette réalité amène avec elle des prises de conscience. Le changement est palpable dans la rue : en un an de récolte sur le terrain, les échanges avec les gens traduisent cette évolution. La prise de conscience de la nécessité d’un nouveau modèle économique qui ne laisse pas de plus en plus de gens sur le carreau se fait jour.

En découvrant le revenu de base, les gens prennent conscience que ce nouveau modèle pourrait être une économie du partage : partage du travail, de la richesse produite, valorisation des activités non marchandes. Les solutions habituelles proposées, croissance et créations de nouvelles places de travail, font partie d’un ancien paradigme. Le revenu de base fait partie du nouveau monde.

En récolte, citoyens!


Si vous aussi, vous voulez rejoindre cette magnifique aventure humaine, vous pouvez rejoindre le groupe des récolteurs suisses sur FB ainsi que vous inscrire sur les listes d’échanges régionales sur le site de BIEN-Suisse.

À propos

Le MFRB est une association transpartisane créée en mars 2013. Il se donne pour mission de promouvoir le revenu de base jusqu’à son instauration en France. Il regroupe plus de 80 dynamiques locales sur le territoire.

Espaces adhérents

AssoConnectYammer