Alors qu’au Brésil, le revenu de base citoyen ou renda básica de cidadania est inscrit dans la Constitution depuis 2004 en tant qu’objectif à long terme, RFI Brésil s’intéresse à son actualité européenne1.
En effet, le pays de la Bolsa Familia2 s’intéresse à ce qui se fait du côté du vieux continent et notamment à l’avancée du projet finlandais d’expérimentation d’un revenu de base, à travers un article qui s’appuie sur des points de vue français.
Outre l’intérêt du média pour les avancées du revenu inconditionnel à l’étranger, le pays s’intéresse tout particulièrement au projet de société qu’est le revenu de base. Ainsi, en parallèle de la mise en place de la Bolsa Familia et de son développement, une expérimentation a lieu depuis 2008 à Quatinga Velho,un village de l’Etat de São Paulo, où l’association ReCivitas coordonne un projet-pilote de revenu de base. Créée en 2006, cette association a débuté son projet avec seulement vingt-sept volontaires du village. Depuis, près d’une centaine de villageois, soit presque la totalité des habitants, ont accepté d’adhérer au projet et reçoivent mensuellement trente reals, l’équivalent de douze euros destinés à couvrir leurs besoins élémentaires. Le suivi de l’expérimentation s’effectue à travers des visites plus ou moins formelles de la part de l’équipe en charge du projet et les résultats en matière de réduction de la pauvreté ont été très probants.

La Bolsa Familia représente, quant à elle, « une première étape vers un revenu de base inconditionnel », explique le sénateur Eduardo Matarazzo Suplicy3, porteur de son instauration et fervent défenseur du revenu de base.

RFI Brésil parle de l’initiative finlandaise

« Si vous aviez un salaire minimum sans aucune contrepartie vous resteriez à la maison ou vous continueriez à vous lever tôt pour aller travailler ?

La Finlande est prête à tester la réponse positive de ses concitoyens. L’année prochaine le pays fera l’expérience du « revenu pour tous » indépendamment de la situation sociale ou de l’âge. »
RFI-Brésil

Sous l’angle du rapport au travail et au temps libre, l’article de RFI aborde d’emblée une appréhension fréquente quant à l’instauration d’un revenu inconditionnel.

Vient ensuite une présentation de l’initiative finlandaise. À savoir, l’expérimentation d’un revenu inconditionnel sur un échantillon de 8 000 personnes, à qui seraient attribués des montants mensuels variant entre 400 et 700 euros. Une expérimentation positive car en découleront des résultats concrets, et qui participe de la visibilité mondiale du revenu de base.

Il faut cependant nuancer l’enthousiasme. Le Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB) reste vigilant sur ce qu’entend mettre en place le gouvernement finlandais, qui s’est prononcé il y a peu sur une volonté de conditionner le système de protection sociale à l’emploi. Ce qui contredit totalement l’idée d’inconditionnalité du revenu de base et peut laisser entendre une dangereuse ambivalence.

« L’idée est de remplacer toutes les prestations sociales attribuées par le gouvernement par une seule d’une valeur fixe et égale pour tous. »
RFI-Brésil

RFI s’appuie sur deux spécialistes du mouvement

Interviewé pour l’occasion, Marc de Basquiat, docteur en économie et membre du MFRB, clarifie cette ambivalence en précisant qu’on « ne peut laisser dire qu’en adoptant un revenu de base, toutes les autres prestations vont cesser. Ce n’est pas vrai. Les aides au logement, par exemple, continueraient. De même ceux qui ont cotisé toute leur vie à une caisse de retraite auraient un revenu supplémentaire le moment venu. »

L’économiste profite aussi de l’interview pour rompre avec les appréhensions liées à une éventuelle baisse de l’emploi consécutive à la mise en place d’un revenu de base. Il fait référence aux études menées dans différents pays (France, Etats-Unis, Canada…) qui contredisent ces crispations. Il rappelle également l’importance du rôle d’intégrateur social du travail.

Au MFRB, Nicole Teke est coordinatrice internationale du MFRB. Pour elle, le sujet du rapport de la population au travail est primordial. Elle insiste sur l’importance des enjeux liés au travail et à l’emploi et aborde l’aspect cognitif. Ce qui permet de relativiser le scepticisme économique que peut susciter spontanément le projet.

« L’objectif est de permettre aux citoyens d’avoir le choix sur leur manière de travailler. Que ce soit à temps plein, à mi-temps, ou autre, l’important est que chacun puisse avoir un emploi qui ait un sens. Le plus difficile est de faire changer les mentalités sur le sujet du travail. Ce n’est pas tant une question économique que d’évolution des mentalités. »
Nicole Teke


En complément à cet article, quelques questions à Nicole Teke, coordinatrice internationale du MFRB, sur ses rôles au sein du MFRB et les aspects internationaux.

En tant que coordinatrice internationale, quelles sont vos principales missions au sein du MFRB ?
« Mon rôle est de faire connaître le MFRB à l’international, ce que je fais en entretenant notre réseau, à la fois européen (UBIE) et mondial (BIEN). Je m’occupe aussi de transmettre des informations en France sur les différentes initiatives étrangères relatives au revenu de base, en lien, lorsque c’est possible, avec des acteurs nationaux pouvant être intéressés par le sujet (associations, centres de recherches, etc.). »

Selon vous, que pouvons-nous déduire de l’intérêt international porté sur l’initiative finlandaise ?
« Le projet de la Finlande a eu un impact considérable auprès des grands médias. Ce qui est très intéressant, parce qu’il prouve que le revenu de base est en train de devenir un véritable sujet de société. Au sein du MFRB, nous allons suivre cette expérience de très près pour en connaître les évolutions et les concrétisations. »

Le projet finlandais a attiré l’attention de l’actualité. Quels autres pays avancent sur le sujet ?
« Les Pays-Bas s’orientent vers la mise en place d’un projet-pilote dans la ville d’Utrecht et une trentaine d’autres villes hollandaises sont également intéressées par ce type d’expérimentation. La Suisse a aussi prévu un référendum sur la question l’année prochaine. En France aussi, la région Aquitaine s’est approprié le sujet en proposant de réfléchir à l’expérimentation d’un RSA inconditionnel.
Au-delà de l’Europe, des expérimentations ont déjà eu lieu ou se déroulent encore dans des pays tels que la Namibie, l’Inde ou encore le Brésil.
Ces avancées, et notamment l’initiative finlandaise, témoignent de la faisabilité d’un tel projet dans la société, l’idée étant de pouvoir un jour s’en inspirer pour instaurer également un revenu de base en France. »


[1] Regarder ici.
[2La Bolsa Familia, instaurée en 2003 vise à accorder une somme d’argent aux ménages à bas revenus à condition de scolariser les enfants. Instauré sous la présidence de Lula da Silva, ce programme a été un véritable succès, sortant plus de 12 millions de familles de la pauvreté. Voir aussi Valéria PERO, Bolsa Família : une nouvelle génération de programmes sociaux au Brésil, CERISCOPE Pauvreté, 2012, [en ligne], consulté le 22/10/2015.
[3Eduardo Matarazzo Suplicy est aussi l’auteur d’un essai sur le revenu de base. Citizen’s Basic Income: The Answer is Blowing in Wind – 2006 – Téléchargeable en pdf (en)

Photo : Senado Federal – Flikr – Licence CC-BY-2