Ça s’est passé le week-end dernier, à San Francisco. Une soixante de personnes, venues des quatre coins des États-Unis ou du Canada, mais aussi d’Allemagne et de Finlande, se sont retrouvées pendant deux jours pour mettre en commun leurs talents et leur expériences, tous unis par une volonté commune : proposer leurs compétences gratuitement pour promouvoir l’idée du revenu de base. Étaient présents des écrivains et des journalistes, des photographes et des vidéastes, des musiciens aussi, ainsi que des développeurs informatiques qui, pour la plupart, se sont rencontrés pour la première fois à l’occasion de cette action commune. Pendant deux jours, huit groupes ont ainsi pu mettre en avant leur projet dans le cadre de ce Create-A-thon, une sorte de marathon de la créativité sponsorisé par une association américaine. Cette édition 2015 était consacrée au revenu de base.

Pourquoi un revenu de base universel ? L’un des huit projets créés lors de ces deux jours montre la multitude de réponses à apporter à cette question, en invitant tous les participants à ce marathon de la créativité à partager un peu de son histoire personnelle pour exprimer ses motivations. Voir ici la vidéo de Matt Orfalea.

Un autre groupe a décidé de s’intéresser au versement d’un revenu de base à une personne pendant un an. Une expérimentation qui, engagée en Allemagne, a déjà permis à vingt-trois personnes de bénéficier pendant un an d’un revenu de base garanti par un financement participatif auquel plus de huit-mille donateurs ont déjà participé. Le bénéficiaire est tiré au sort parmi une liste de candidats. Qu’est ce qu’un revenu de base va changer à sa vie ? Voir ici.

Une autre idée proposée par des vidéastes allemands peut se résumer avec cette question : Et vous, si vous receviez un revenu de base à vie, qu’est-ce que vous en feriez ? Un site internet permet déjà de visualiser les réponses qui doivent êtresynthétisées dans une vidéo de 20 secondes !

Et pourquoi ne pas faire parler ceux qui ont déjà pu bénéficier d’expériences très voisines du revenu de base ? C’est ce que d’autres vidéastes proposent à travers un documentaire intitulé “Dites-le au soleil !“, une série de portraits intimistes de personnes qui ont connu des expériences de vie où le partage s’effectue librement. Une invitation à imaginer ce que pourrait être le monde avec un revenu de base. Voir ici.

Un autre groupe a réfléchi sur les changements institutionnels que pourrait engendrer le revenu de base. Ils en ont trouvé neuf qu’ils ont synthétisés dans un Manifeste du revenu de base qui évoque tour à tour la santé, la démocratie, l’éducation, la science…

Même les opposants au revenu de base ont trouvé leur place pendant ces deux jours. Un groupe a travaillé sur les cent objections au revenu de base, une sorte de mémo stratégique proposant des réponses face aux objections généralement entendues – le premier obstacle semblant être, selon cette jeune équipe, la méconnaissance du public de l’idée même du revenu de base. Voir ici le document de travail.

Un autre groupe s’est engagé à tenter une modélisation du revenu de base. En compilant des informations multiples liées à la fiscalité, le groupe a créé un logiciel permettant à chacun, sur un site internet dédié, de faire varier le niveau d’un revenu de base en fonction des programmes fiscaux, des contributions sociales existantes et des modes de financement envisagés. Une tentative assez similaire au projet d’extension d’OpenFisca actuellement en réflexion au sein du MFRB. Voir ici.

Une équipe a même poussé ce raisonnement un peu plus loin en s’interrogeant sur la mise en place d’un revenu de base indépendamment de toute volonté gouvernementale. Pourquoi ne pas concevoir un revenu de groupe ou chacun apporterait volontairement sa part ? Car si le marché de l’emploi ne reconnaît pas la valeur de chacun, un groupe peut le faire ! Chaque groupe pourrait ainsi utiliser un logiciel pour configurer un montant minimum de revenu que tout le monde dans le groupe devrait gagner. Et chaque membre du groupe indiquerait ensuite le montant de revenu qu’il serait prêt à apporter au groupe pour une mise en commun. Une première version de ce projet est visible ici.

On le voit, beaucoup d’idées, beaucoup d’initiatives originales ont été lancées lors de ce Create-A-Thon de San-Francisco ! Et si nous faisions la même chose en France l’année prochaine ? Envie de vous impliquer ? Contactez-nous !

 


Photo : Basic Income Create-A-Thon – Basic Income San Francisco – DR.