Fondée par Yoland Bresson et présidée par Marc de Basquiat, l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence (AIRE) vient de publier sa 86e lettre de liaison.

Au sommaire de ce numéro, trois textes destinés à nourrir la réflexion menant au Revenu d’existence. Observant l’évolution de la protection sociale des pays européens,  constate l’émergence de droits sociaux individualisés et universels, du fait de l’évolution des structures familiales et des formes de travail. Evelyne Serverin confronte cette évolution désirable avec les textes de loi régissant le fonctionnement de notre système socio-fiscal, pour mettre en évidence une difficulté ancrée dès le Code Civil de 1805. Elle esquisse alors une approche graduelle vers une forme de revenu d’existence, individuel et inconditionnel. Questionnant le bien-fondé du Revenu d’existence, Caroline Guibet Lafaye développe l’argumentation héritée de philosophes comme John Rawls et Philippe Van Parijs.

Revenant dans son éditorial sur l’actualité du mois dernier, Marc de Basquiat explique  que c’est « un événement notable qu’un député dépose en novembre dernier un amendement au Projet de Loi de Finance 2016 pour demander la création d’une Commission parlementaire associant gauche et droite dans l’étude du concept de revenu universel. Même si cet amendement n’a pas été voté, nous avons bon espoir que le président de la Commission des Finances donne suite à cette demande courant 2016. Nous continuerons à œuvrer dans ce sens. »

Ce nouvel opus évoque également  les avancées du débat dans d’autres pays dont la Finlande qui, ainsi que l’indique Marc de Basquiat, « fait l’objet de toute notre attention, avec une expérimentation prévue pour 2017. Espérons que la définition de ce dispositif censé démontrer la viabilité du concept dans un pays à de nombreux égards comparable à la France sera pertinente. Nous suivrons cette initiative tout au long de 2016. »

Le document est téléchargeable en suivant ce lien.


Photo : Photo : Guah – Flikr – Licence CC BY-NC 2.0.