Le MFRB aurait pu se contenter d’être une simple organisation porteuse d’alternative parmi les deux-cent-soixante-dix-sept structures présentes au Village Mondial des Alternatives (VMA). Mais pour ce moment historique qu’était la COP21, notre ambition était aussi de développer des convergences et des échanges avec celles et ceux qui, comme bon nombre de membres du MFRB, souhaitent un système écocomique plus soutenable en mesure de préserver le climat.

C’est pourquoi, dès le printemps, le MFRB avait créé en son sein un projet COP21 destiné à organiser notre participation aux différents temps, notamment au sein du village mondial. Mickaël Laclé et Virginie Caura, déjà actifs aussi au sein d’Alternatiba et de leur Coalition Climat 21 locale, ont ainsi participé à l’organisation de la commission thématique Économie soutenable du Village mondial d’Alternatiba. En rejoignant la Coalition Climat 21, le MFRB a aussi pu participer, suivre et aussi relayer les divers évènements de la société civile qui se sont produits. À commencer par les nombreuses animations qui ont ponctué ces deux semaines, accompagnées pour la plupart d’entre elles par la Coalition Climat 21 : Sommet citoyen, Climat forum et Zone action climat, rassemblements du 29 novembre et du 12 décembre…

Cependant, les attentats du 13 novembre nous ont plongé dans l’incertitude quant à la tenue effective des évènements prévus par la Coalition. Et il fut donc difficile de mobiliser comme nous l’aurions voulu les membres du MFRB car les informations changeaient chaque jour. Il n’en demeure pas moins que notre participation au Village Mondial des Alternatives (VMA) à Montreuil les 5 et 6 décembre restera le moment phare de la présence du MFRB.

Deux journées intensives au VMA

Sur le site le samedi dès 9 heures, Yann Ollivier, coordinateur du stand MFRB, a d’abord pris possession de l’espace mis à notre disposition, rapidement soutenu par Loïc Chalumeau. À ses côtés, Virginie Caura et Léa Carlat se sont chargées de gérer l’installation des porteurs d’alternatives du quartier Économie jusqu’à ce qu’Olivier Truche, membre d’Alternatiba Grenoble,  puis Johann Bernhard, d’Alternatiba Senart, arrivent en renfort. Impossible de trouver les pancartes thématiques des signalétiques qui avaient été réalisées à l’Atelier des possibles quelques jours avant ! Nous avons ainsi perdu une bonne heure et marché quelques kilomètres pour les chercher… et finalement découvrir qu’elle avaient été mises tout bonnement dans le chapiteau, place Aimé Césaire, situé à seulement 250 mètres de là !

Le principal souci logistique fut ensuite de mettre la main sur les vingt-cinq tables commandées auprès de la commission logistique pour le quartier Économie. Quelle histoire ! Même si ces anecdotes sont des choses tout à fait fréquentes dans l’organisation d’un village Alternatiba qui demande avant tout une bonne capacité d’autonomie et d’adaptation. C’est aussi, voire même surtout cela l’état d’esprit Alternatiba. Par crainte d’une interdiction, plusieurs porteurs d’alternatives avaient renoncé à venir. Et comme les délais d’organisation étaient aussi très courts, il a fallu fluidifier l’organisation de l’espace. Pour l’anecdote, le quartier économie soutenable a changé de lieu d’implantation dans Montreuil quatre fois au cours des trois dernières semaines…

Au départ, l’idée était d’avoir une structure métallique sous forme de totems créant des synergies entre les acteurs économiques, comme l’avait déjà expérimenté Alternatiba Grenoble. Mais les conditions logistiques ne nous ont pas permis de le faire. « Peut-être au prochain VMA s’il a lieu », s’est dit l’équipe de la commission. Finalement, le MFRB a bénéficié d’un barnum qui devait initialement être partagé avec le collectif Roosevelt, ce dernier ayant finalement choisi de rejoindre Stanislas Jourdan sur le stand de la campagne Quantitative easing for people et le Mouvement National de Chômeurs et Précaires (qui n’est finalement pas venu).

Deux jours de présence militante sur le stand du MFRB

VMA
Le stand du MFRB

Malgré le froid et le stand en extérieur, plus d’une vingtaine de membres du MFRB en provenance de dix groupes locaux des quatre coins de la France furent présents tout au long du week-end.

Merci à Léa Carlat, Pierre Lecomte (Essonne), Virginie Caura, Virginie Deleu (Lille), Raihere Mahuri (Besançon), Sylvie Denisse, Christian Massault, Hugo Lepeut (Lyon), Alexandre Laurent-Duhamel, Nicole Teke, Loic Chalumeau, Guy Valette, Geneviève Bouché, Hugo Stephan, Solenne Vaulot Maurel, Gabrielle Mezquida, Nadia Bouallak, Jean-Pierre Bastide (Paris), Marie-Hélène Muller (Montpellier), Mickael Laclé (Tours), Alain Coudert (Clermont-Ferrand) et Yann Ollivier (Nancy) pour la tenue du stand.

Le planisphère inversé d’Alexis Lecointe a interpelé les passants. Il est vrai que c’est le genre de chose qui attire l’œil ! On se dit qu’il y a un problème… et puis on commence à réfléchir, pour finir par prendre conscience que la terre n’est pas censée avoir un sens de lecture étant donné qu’elle gravite dans l’espace. Regarder la planète autrement que dans un sens Nord-Sud ! Un très bel outil pour attirer l’œil et lancer la réflexion. Nos vingt planisphères ont été vendus en quelques heures. Nous n’en avons pas eu assez pour répondre à la demande. Sur notre exemplaire, nous avions ajouté des post-it indiquant les lieux d’expérimentation d’un revenu de base dans le monde. Un grand succès !

Planisphère
Planisphère

Près de six-cent exemplaires du premier numéro de L’Inconditionnel, le journal du revenu de base, ont été distribués entre autres par nos crieurs de rue, Mickaël et Sylvie déguisés pour l’occasion tel des employés du XIXe siècle du Washington Post. Une centaine d’adresses emails de sympathisant(e)s ont été récoltées et une vingtaine de formulaires d’adhésion demandés, des centaines de badges, flyers, stickers distribués…

Discussion autour de L'Inconditionnel
Discussion autour de L’Inconditionnel

Christian, du groupe local de Lyon, a observé que ces rencontres de terrain constituaient un excellent exercice. Il a suggéré que, tels des sportifs de haut niveau, nous devrions entretenir nos arguments ainsi. De plus, tenir un stand à plusieurs génère de la convivialité et de la synergie entre les groupes locaux.

Outre ses loukoums à la rose très goûteux en bouche, Virginie Deleu a vu dans ce stand le moyen de se ressourcer. Quand, à la clôture, les organisateurs pressaient le pas pour remballer, il a fallu priver Virginie d’Inconditionnel pour qu’elle cesse de débattre avec les passants !

Le stand MFRB était situé juste à côté de celui du Réseau Salariat, ce qui a permis quelques échanges fructueux. Il faut avouer que nous étions beaucoup plus nombreux (parfois une dizaine à animer le stand en même temps) et que nous attirrions beaucoup de chalands grâce à l’ambiance très conviviale. Il n’était pas forcément évident pour les deux animateurs du stand Réseau Salariat d’accepter ce constat à certains moments. Néanmoins, les relations entre nos deux organisations sont restées très courtoises et un débat très cordial a clotûré le week-end notamment entre Mickaël et Paul qui ont pris contact pour continuer d’appronfondir à l’avenir sur ces deux concepts. En effet, même si les militants ont bien compris les différences, le public interessé a toujours des difficultés à différencier salaire à vie et revenu de base. Il serait donc intéressant de clarifier quels peuvent être nos points communs comme nos différences.

Prise de contacts
Prise de contacts

Nous avons pu constater que le Village des alternatives était réellement mondial ! Des Suisses, des États-uniens, des Anglais, les Montréalais du Forum Social Mondial… sont passés au stand et ont partagé les actualités de l’avancée du revenu de base dans leurs pays respectifs.

Animation du Jeu Ğeconomicus à l’école Stéphane Hessel

Ğeconomicus est une création originale permettant de simuler différents systèmes économiques sur 80 ans.

Le jeu a pu se dérouler dans le Village mondial du fait qu’il a été considéré par l’équipe d’organisation d’Alternatiba comme un support d’éducation populaire. Il a été animé par Maxime Ghesquière, Vincent Texier et Maël pendant la journée du dimanche, de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Trois parties étaient initialement prévues, une pour la monnaie-dette avec le crédit bancaire avec intérêts, une pour le dividende universel, une pour le SEL (système d’échange local).

Mais pour jouer une partie complète, il faut un minimum de dix personnes, prêtes à rester au moins une heure et demie. Ces conditions n’étant pas remplies le dimanche matin, les parties se sont transformées en une session d’initiation qui a permis à deux personnes de se former à l’animation du jeu.

Ğeconomicus
Ğeconomicus

Par contre, en fin d’après-midi, la salle de classe était comble et plusieurs parties ont pu se dérouler dans une très bonne ambiance. Au final, le système d’échange local fut convivial mais s’est révélé vite limité. Le système de monnaie-dette est vite stressant et inégalitaire. Et le système de versement d’un dividende universel roule plutôt bien !

Deux personnes ont filmé l’explication des règles, le déroulement du jeu et quelques interviews afin de populariser ce jeu via une vidéo qui sera mise en ligne dès que les règles du jeu seront formalisées début 2016. Cette vidéo proposera un tutoriel qui permettra à  d’autres membres du MFRB de se former à l’animation du jeu pour que Ğeconomicus devienne une animation proposée par différents groupes locaux.

Participation au Climat forum de la Coalition Climat 21

Alternatiba ne prenait pas en charge les conférences, ni les projections ou les débats. C’est pourquoi les animations qui se sont déroulées au lycée Jean Jaurès étaient indépendantes du VMA et organisées par la Coalition climat 21. Du fait des attentats, la disponibilité du lycée Jean Jaurès est demeurée incertaine jusqu’au jour J, ce qui nous a contraint à réadapter les animations jusqu’à la dernière minute.

  • Samedi 5 décembre de 10h à 12h

Projection du film « Un Revenu pour la vie » animée par Mickaël Laclé et Raihere Mahuri. Du fait de l’horaire matinal et d’un temps insuffisant laissé pour la communication de l’évènement, une seule personne était présente. Ce qui a permis à Raihere et Mickaël de faire plus ample connaissance en compagnie d’une unique spectatrice fort sympathique qui souhaitait comprendre le concept du revenu de base. Pour l’anecdote, cette personne était venue pour un autre débat qui avait lieu dans le même couloir, mais personne n’est jamais arrivé à cet atelier.

  • Samedi 5 décembre de 14h à 16h

Nous avions prévu de projeter la conférence gesticulée d’Alexis Lecointe. Mais du fait du créneau horaire inadapté et de l’absence de public pour la projection du matin, Mickaël Laclé a proposé de projeter à nouveau le film de Michaël Le Sauce « Un revenu pour la vie », ce qui convenait à tout le monde excepté une personne qui l’ayant déjà vu a pu profiter d’un autre atelier.

Projection du film « Un Revenu pour la vie »
Projection du film « Un Revenu pour la vie »

25 participants cette fois-ci ! La salle de classe était bien remplie !

Après le film, les questions habituelles ont fusé : « Quid de l’inflation que cela provoquerait ? », « Comment financer ce revenu de base ? », « Qu’en pensent les politiques ? ». Marie-Hélène, Virginie, Léa et Mickaël ont apporté les éclaircissements demandés. Et non, Raihere n’avait pas choisi la bonne session pour voir du monde… mais il n’a pas trop de regret !

  • Dimanche 6 décembre de 14h à 16h

La table ronde initialement prévue a été remplacée par une animation world café  animée par Virginie Deleu et Marie-Hélène Muller. Le créneau, une nouvelle fois plus propice, a permis de bien remplir la salle de classe et d’avoir des échanges très fructueux.

Au rassemblement du Champ de Mars le 12 décembre


C’est la veille à midi que nous avons été informés que la manifestation du 12 décembre était finalement autorisée. Le MFRB n’a donc pas pu officiellement soutenir cette manifestation car il aurait fallu mobiliser au moins dix personnes pour être qualifié de soutien officiel et nous n’étions que trois présents. Nous avons cependant relayé l’information sur nos canaux de communication.

Trois semaines après, les analyses sur l’accord de la COP21 fusent et il y aurait sans doute beaucoup à dire ! Cela fera peut-être l’objet d’un prochain article. Notons cependant qu’Alternatiba a particulièrement fait preuve d’un énorme courage pour maintenir cette véritable mobilisation citoyenne telle qu’elle l’entendait dès le départ, malgré la complexité de la situation générée par les attentats de Paris. Le collectif nous est apparu comme un magnifique entrain de militance, telle la tenue du Quartier Génial, qui saura nous inspirer, au MFRB, pour mener à bien notre mission.

Léa Carlat, Mickaël Laclé, Virginie Caura


Illustrations : CC MFRB

 

À propos

Le MFRB est une association transpartisane créée en mars 2013. Il se donne pour mission de promouvoir le revenu de base jusqu’à son instauration en France. Il regroupe plus de 80 dynamiques locales sur le territoire.

Espaces adhérents

AssoConnectYammer