Reprise d’une tribune publiée initialement pour Le Drenche en décembre 2015.

La courbe du chômage ne cesse d’augmenter. La précarité des emplois sévit de plus en plus. Le travail se métamorphose continuellement et les inégalités se creusent chaque jour davantage. La robotisation se développe à folle allure, dans les emplois peu qualifiés mais aussi dans les emplois cognitifs. Nous faisons face à des crises économique, sociale, environnementale et politique, auxquelles nos gouvernements ne parviennent plus à répondre. La démocratie a besoin d’un nouveau souffle pour rendre à chaque citoyen sa capacité d’action au sein de la société.

L’instauration d’un revenu de base versé à chaque individu tout au long de la vie, sans condition de ressources ni de contrepartie, est l’une des réponses à cette crise sociétale. Universel, il simplifie une administration devenue trop complexe, bureaucratique et souvent intrusive. Inconditionnel, il reconnaît les activités non-marchandes et bénévoles et permet à chacun de maîtriser différemment son temps. Individuel, il instaure un socle d’égalité entre toutes et tous. Versé de la naissance à la mort, il offre à chacun un socle permanent lui permettant de vivre avec souplesse les différents moments de son existence, dont bien sûr les plus difficiles. Cumulable avec d’autres revenus, il augmente la capacité de négociation de chacun face à son employeur et élimine les effets de seuil.

Même s’il n’est pas une baguette magique qui résoudra tous les maux de l’humanité, le revenu de base est la condition sine qua non pour créer les conditions de leur résolution.

Car non seulement le revenu de base est souhaitable et nécessaire face aux évolutions sociétales actuelles, mais il est aussi réaliste et applicable dès aujourd’hui.

Plus que la question de son montant, différente selon les situations individuelles ou les choix géographiques, c’est la question du financement du revenu de base qu’il est intéressant d’explorer. Et les possibilités ne manquent pas ! Simplification du maquis d’aides sociales actuel, réforme de l’impôt sur le revenu ou de la taxe sur la consommation, mise en place d’une taxe écologique, réforme du système monétaire, taxe sur l’utilisation de ressources naturelles ou de produits polluants… Ces propositions peuvent se cumuler et se compléter, afin d’atteindre un revenu de base émancipateur pour chaque citoyen.

D’autre part, des étapes de mise en œuvre sont envisageables comme l’automatisation du RSA, la création d’une allocation universelle pour les jeunes, la mise en place d’un revenu de base pour les enfants… Autant de premiers pas concrets qui peuvent être réalisés dès aujourd’hui !
Loin d’être une utopie, le revenu de base est sans conteste la première des mesures pour remettre l’humain au cœur du XXIème siècle.


Publication initiale dans Le Drenchehttp://ledrenche.fr/2015/12/167-revenu-de-base-inconditionnel-est-ce-realisable/