Le week-end des 30 et 31 janvier derniers, le réseau européen Universal Basic Income  Europe (UBIE) et l’Association Hollandaise pour un Revenu de Base se sont réunis à Maastricht. Le temps d’un colloque sur les expérimentations de revenu de base qui semblent émerger dans de plus en plus pays d’Europe. Plusieurs membres du MFRB – Mouvement Français pour un Revenu de Base étaient présents.

Depuis que, en juillet dernier, le gouvernement finlandais a témoigné de sa volonté d’expérimenter l’idée au niveau national, le revenu de base est sous le feu des projecteurs. Depuis cette annonce, les médias se sont emparés de la question. Et de plus en plus de propositions politiques émergent, partout en Europe, en faveur de nouvelles expérimentations.

La médiatisation de l’expérimentation finlandaise dépasse pourtant l’ampleur du projet actuel. De fait, rien n’est encore définitif. Le groupe de travail formé par le gouvernement œuvre actuellement à l’élaboration de projet-pilotes qui débuteraient en 2017, et, en fonction de leur résultat qu’il sera alors décidé, ou non, d’instaurer un revenu de base en Finlande.

Aux Pays-Bas, il règne également un réel enthousiasme pour la vingtaine de projets-pilotes prévus dans différentes municipalités. Ceux-ci sont actuellement en attente de validation par un gouvernement qui semble bien frileux concernant ces initiatives et retarde leur validation. Sjir Hoeijmakers, coordinateur des initiatives municipales dans le pays, demeure néanmoins confiant : « Le revenu de base est devenu si populaire aux Pays-Bas, qu’il sera difficile pour le gouvernement de s’opposer à présent à une telle  mesure ».

Les Suisses auront aussi à se prononcer le 5 juin prochain. Un référendum permettra aux citoyens de décider s’ils veulent ou non instaurer un revenu de base dans leur pays.

Quant à la France, le revenu de base y progresse notablement, en particulier sur le plan politique. En l’espace de deux mois, trois amendements sur le sujet ont été défendus à l’Assemblée nationale par Delphine Batho (PS) et Frédéric Lefebvre (LR). Sans oublier le projet d’expérimentation en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente soutenu par la conseillère régionale EELV, Martine Alcorta. Ces avancées récentes, très certainement encouragées par l’initiative finlandais, plaçent désormais la France parmis les pays les plus prometteurs pour le revenu de base.

Le revenu de base progresse donc rapidement en Europe. C’est pourquoi, l’idée étant à présent bien implantée dans plusieurs pays, le réseau européen UBIE a décidé d’agir à présent de façon plus globale sur l’Europe entière. L’objectif d’UBIE est donc désormais de privilégier l’élaboration d’une stratégie européenne commune, qui permettra une plus grande visibilité du sujet, au lieu de la limiter aux pays les plus avancés en la matière. Ainsi, UBIE entend chercher de nouveaux soutiens de la part des députés européens. Si ce travail de lobbying s’avère concluant, cela pourra permettre de financer des projets-pilotes un peu partout en Europe, et donc d’améliorer notre expérience pour l’implantation pérenne à terme du revenu de base sur l’ensemble du continent.


Maastricht. Photo Jorge Franganillo – Flickr – Licence CC-BY-2.0.