Lors de son congrès annuel, qui s’est tenue les 12 et 13 mars derniers, le Parti National Écossais (SNP, Scottish National Party), le parti le plus important d’Écosse et le troisième plus grand parti du Royaume-Uni, a adopté une motion de soutien à la mise en place d’un revenu de base en Écosse.

Soumise à l’accord de la branche Cumbernauld du SNP, la motion s’oppose explicitement à l’approche du gouvernement britannique concernant la sécurité sociale et propose une alternative construite autour de l’introduction d’un revenu de base. La motion stipule que « la conférence estime qu’un revenu de base universel peut potentiellement fournir une base pour éradiquer la pauvreté, valoriser le travail et assurer que tous nos citoyens puissent vivre dans la dignité ». Le député Ronnie Cowan (SNP) a fait valoir que le revenu de base pourrait « devenir la politique phare pour un pays indépendant et socialement juste ».

Le SNP n’est pas le premier groupe écossais à soutenir l’introduction d’un revenu de base cette année.

Déjà en février, Reform Scotland, un think-tank du marché libre basé à Édimbourg, a publié « La garantie de revenu de base ». Dans ce rapport, Reform Scotland fait valoir que la garantie apportée par un revenu de base est la meilleure façon de résoudre les problèmes fondamentaux du système actuel de sécurité sociale au Royaume-Uni. De l’autre côté du discours économique, Common Weal, un think-tank social-démocrate basé à Glasgow, plaide également en faveur de l’introduction d’un revenu de base intégré au système de sécurité sociale pour une Écosse nouvellement indépendante.

En fait, l’intérêt écossais pour un revenu de base remonte encore plus loin, avant même le référendum sur l’indépendance. Pour préparer l’éventualité d’un vote favorable à une Écosse indépendante, le gouvernement écossais avait constitué le Groupe de travail expert en protection sociale pour explorer les systèmes possibles de sécurité sociale. En juin 2014, le groupe avait déclaré que « le versement d’un revenu de base aux citoyens était prédominant dans les réponses à notre recherche de preuves ». Néanmoins, le groupe avait ensuite conclu que « nous ne recommandons pas l’introduction d’un [revenu de base] pour le moment. Cependant, c’est une option qui pourrait être réexaminée à l’avenir ».

Avec ce consensus qui se dessine désormais autour de l’idée d’un revenu de base en Écosse, peut-être que le temps de retenir cette option est venu.

En outre, le soutien du SNP pour un revenu de base ne se limite pas aux frontières d’une Écosse indépendante. Le SNP est également en train d’émerger comme une force clé derrière les campagnes pour un revenu de base au Royaume-Uni. En janvier 2016, la députée Caroline Lucas (Parti Vert) a déposé une motion Early Day sur le revenu de base devant le parlement du Royaume-Uni.

Sur les trente-deux députés qui ont appuyé sa motion parlementaire, vingt-trois étaient membres du SNP. À la lumière de cette évolution, il se pourrait que le SNP, bien qu’il défende une vision progressiste pour une Écosse indépendante, réussisse finalement à créer un Royaume-Uni progressiste et unifié.


L’article original a été publié sur le site du BIEN le 29 mars 2016. Adaptation française par Philippe Dubrulle. Le Parlement écossais, photo Pschemp — Travail personnel, Licence CC BY-SA 3.0.