Un récent article d’une revue d’économie de l’université de Harvard dresse un tableau encourageant de l’expérience kenyane actuelle.

Johannes Haushofer et Jeremy Shapiro viennent de publier dans le Quarterly Journal of Economics un article intitulé « The Short-Term Impact of Unconditional Cash Transfers to the Poor: Experimental Evidence from Kenya », que l’on pourrait traduire par « Effet à court terme des transferts directs et inconditionnels d’argent aux plus pauvres : les résultats de l’expérience du Kenya ». L’article scrute les transferts inconditionnels d’argent de GiveDirectly à des familles pauvres du Kenya (un programme que nous avions présenté ici), et détaille les conséquences sur la consommation et le bien-être. Chris Weller a résumé l’article dans une tribune de Tech Insider (en anglais).

Un extrait de l’article originel :

Nous avons établi des groupes de contrôle aléatoires pour d’étudier l’effet des transferts d’argent conséquents (provenant de l’ONG GiveDirectly) aux populations pauvres de la campagne kenyane. À la différence d’autres programmes d’aides, les dons sont inconditionnels, importants et rapprochés dans le temps. Nous avons pris des échantillons aléatoires, aussi bien en terme de villages que de populations. De plus, au sein des familles concernées, nous avons introduit de l’aléatoire au niveau du sexe des récipiendaires (homme ou femme), de la fréquence des versements (une somme globale ou mensuelle) et du montant octroyé (représentant un pouvoir d’achat équivalent à 360 ou 1400 euros en Europe). Nous avons observé une forte augmentation de la consommation, qui passe en moyenne pour un ménage de 140 à 175 euros en équivalent de pouvoir d’achat européen, neuf mois après le début de l’expérience. On observe aussi une amélioration franche du bien-être. On n’observe pas d’effet significatif sur les taux de cortisol (l’hormone du stress), même si les résultats varient suivant les sous-groupes. Les versement mensuels plutôt que massifs sont plus susceptibles d’améliorer la sécurité alimentaire, alors que les versements massifs sont davantage utilisés pour l’achat de biens durables, ce qui suggère que les foyers font face à des difficultés d’épargne et de crédit. Globalement, ces résultats indiquent que les transferts inconditionnels d’argent ont d’importantes conséquences sur la situation économique et le bonheur de la population.

La conclusion de l’article revient sur certaines « conséquences importantes » :

Nous observons que les foyers bénéficiaires augmentent à la fois leurs dépenses et leur épargne (sous la forme de biens durables et d’investissement dans leur activité de travailleur indépendant). Avec notamment une augmentation des dépenses de nourriture, mais pas d’achats impulsifs. Les familles investissent dans du bétail et de l’équipement de long terme (surtout des toits de tôle), et nous montrons que ces investissements conduisent à une augmentation des revenus des activités agricoles et de commerce, bien que nous n’observions pas d’effet sur les bénéfices en un temps si court. Nous n’avons pas non plus observé de tensions émanant de ces dotations ; au contraire, le bien-être psychologique est en forte augmentation, de même que l’émancipation des femmes, ce qui a également un effet dans les foyers non-récipiendaires des villages concernés (p. 36).

Johannes Haushofer est professeur au département d’économie de l’université de Princeton, ainsi que fondateur et directeur scientique du Busara Center for Behavioral Economics à Nairobi. Jeremy Shapiro est l’actuel président du centre Busara, et l’un des co-fondateurs de GiveDirectly, dont il a été président de 2009 à 2012. Il est également consultant pour McKinsey & Company.

Le Quarterly Journal of Economics, édité par le département d’économie de l’université de Harvard, est la plus ancienne revue d’économie en langue anglaise. On y trouve des articles dans tous les domaines de l’économie.

Sources

Johannes Haushofer et Jeremy Shapiro, « The Short-Term Impact of Unconditional Cash Transfers to the Poor: Experimental Evidence from Kenya, » The Quarterly Journal of Economics, publié le 19 juillet 2016.
Chris Weller, « Here’s more evidence that giving people unconditional free money actually works, » Tech Insider, 25 juillet 2016.


Article initialement paru sur BasicIncome.
Illustration : CC Ninara.
Vous pouvez soutenir le travail de Kate McFarland sur patreon.
Adaptation française : Maxime Vendé.

À propos

Le MFRB est une association transpartisane créée en mars 2013. Il se donne pour mission de promouvoir le revenu de base jusqu’à son instauration en France. Il regroupe plus de 80 dynamiques locales sur le territoire.

Espaces adhérents

AssoConnectYammer