Le fondateur et PDG de Facebook est en plein « 50 states tour », un périple où il ambitionne de découvrir chaque état qu’il ne connait pas. Son but déclaré : recueillir ainsi l’opinion et les attentes de la population.

Alors qu’il était en Alaska, Zuckerberg a évoqué sur Facebook le Permanent Fund Dividend (dividende du fonds permanent, PFD), qu’il considère comme « une forme de revenu de base » et un dispositif à reproduire :

L’Alaska a une forme de revenu de base, appelé le dividende du fonds permanent. Chaque année, une partie des revenus pétroliers de l’état est affectée à un fonds. Plutôt que de servir aux dépenses publiques, cet argent est versé à la population sous forme d’un dividende annuel, qui représente habituellement environ 1 000 dollars par personne. Ça peut faire une différence non négligeable, surtout si votre famille compte cinq ou six membres.

C’est une façon novatrice de voir le revenu de base pour plusieurs raisons. D’abord, le financement est issu des ressources naturelles plutôt que de l’impôt. Ensuite, c’est une concrétisation de l’idée conservatrice d’intervention minimale de l’État, plutôt que de celle d’un filet de sécurité défendue par les progressistes. Ça montre que le revenu de base est une idée transpartisane. – Mark Zuckerberg

Avec cette publication sur sa page Facebook, c’est la seconde fois que Mark Zuckerberg affiche publiquement son soutien à l’idée du revenu de base. Lors de son discours à Harvard au printemps dernier, il a recommandé d’expérimenter le dispositif, déclarant que « nous devrions étudier des idées comme le revenu de base universel afin de s’assurer que chacun·e dispose d’un filet de sécurité pour tenter de nouvelles choses ».

Les remarques du fondateur de Facebook ont été globalement bien accueillies par les militant·e·s du revenu de base, qui se félicitent de l’intérêt d’une telle personnalité et voient là l’occasion de communiquer autour du PFD en tant qu’exemple concret d’instauration d’un revenu de base. (Pour plus de détails sur le PFD et son actualité, voir « Le fonds permanent en Alaska : entre adhésion populaire et procédures de justice » sur ce site).

Néanmoins, certaines réactions sont moins enjouées. Comme celles de Clio Chang (dans New Republic) ou de Sonia Sodha (dans The Guardian) qui s’inquiètent que Zuckerberg, comme beaucoup d’ultralibéraux et de conservateurs, ne considère la mesure comme un moyen de démanteler les dispositifs d’aide sociale. Pour preuve, son amour déclaré pour « l’intervention minimale de l’État » et son apparente opposition à une hausse d’impôt. Ce qui risque bien de nuire à beaucoup d’étasunien·ne·s, surtout les plus fragiles.

À l’inverse des rumeurs qui prêtent au milliardaire des vues sur la Maison-Blanche pour 2020, Zuckerberg nie vouloir se présenter à une quelconque élection, arguant plutôt que son « odyssée » à travers les États-Unis est l’occasion de voir du pays et de confronter ses idées à celles des usager·e·s de Facebook.


Traduction par Maxime Vendé d’un article de Kate McFarland initialement publié sur Basic Income News.

Lisible sur le blog de Maxime Vendé.

Illustration : CC BY-NC 2.0 JD Lasica.